The English Game – Des gentlemen aux mercenaires

The English Game où comment le football a basculé dans le professionnalisme pour devenir ce qu'il est aujourd'hui

Alors que les championnats de foot européens devraient reprendre sous peu, Ligue 1 exceptée (permettant de facto la remontée du légendaire RC Lens), pourquoi ne pas profiter de cette accalmie footballistique pour remonter aux origines du football moderne grâce à The English Game ?

Vite Marty à la Delorean !

Le point histoire rapide

Arthur Kinnaird des Old Etonians et les membres de la Football Association dans The English Game
Arthur Kinnaird Capitaine des Old Etonians et ses partenaires membres de la Football Association

Créer par les anglais qui le pratiquent majoritairement en école au milieu du XIXe siècle, le football tel qu’on le connait se retrouve codifié par les écossais fin XIXe.

Les gentlemen s’en empareront rapidement à partir de la seconde moitié du siècle. Ces derniers voient la chose comme des combats de chevaliers modernes. Combats, où l’on joue pour la gloire en représentant une ville et non pour la victoire à tout prix.

Les fédérations étant (pour la plupart) aux mains des-dits gentlemen, elles voient d’un mauvaise œil l’arrivée de la professionnalisation. Elles s’y opposeront le plus possible afin de garder leur main-mise sur leur bébé.

La génèse du foot business

C’est justement cette opposition entre gentlemen et clubs adeptes de professionnalisation que met en scène Netflix.

The English Game – Le Pitch

Fegus Suter et Jimmy Love symboles de la professionnalisation du football
Fergus Suter Et Jimmy Love

The English Game met en opposition les Old Etonians, club de gentlemen dont la majorité siègent à la Football Association (la fédération anglaise de l’époque) et Darwen, club prolétaire dont le propriétaire fera venir deux joueurs payants.

Fergus Suter et Jimmy Love sont deux écossais adeptes du « passing » qui fait déjà fureur en Ecosse. C’est justement pour leurs qualités de passeurs que James Walsh (propriétaire du Darwen FC) les recrute.

Opposition de styles

Arthur Kinnaird et les Old Etonians à l'attaque du but du Darwen FC

Alors que les clubs anglais sont composés majoritairement d’attaquants fonçant en masse et dribblant vers le but, l’arrivée des deux écossais au Darwen FC change la donne et permet au club composé d’ouvriers de compenser ses lacunes physiques par le jeu.

Officiellement ouvriers, Suter et Love perçoivent « un petit bonus » qui ne manquera pas de créer des remous autour de la FA Cup. Coupe à laquelle participent le Darwen FC et les Old Etonians.

C’est justement cette opposition entre dandys du ballon rond et ouvriers qui donne son charme à la série, ces derniers devant trouver des solutions afin de lutter. Ces solutions provenant soit du jeu, soit en faisant venir d’autres joueurs maîtrisant ces nouvelles techniques.

Arthur Kinnaird et Fergus Suter se battent pour remporter la FA Cup

Le foot est à la base un sport de gentlemen comme l’étaient l’escrime ou le golf. Mais c’est bien la professionnalisation qui en a fait ce qu’il est aujourd’hui… Une machine à cash monstrueuse faisant vibrer les foules, riches ou pauvres.

A noter que si la série prend quelques libertés vis-à-vis de l’histoire, cette rage de vaincre des couches populaires entraînant salaires et vente de billets est parfaitement décrite.

Alors oui, il y a un petit côté romance. Oui, ça peut paraître un peu niais par moments mais il faut admettre que la photographique est sublime. Le casting complet est fantastique et l’ambiance victorienne parfaitement retranscrite.

On regarde du coup ?

Si vous aviez apprécié l’ambiance industrielle de Peaky Blinders et que vous aimez le ballon rond alors The English Game est fait pour vous.

On me l’a chaudement recommandé et je ne regrette pas d’avoir maté cette série. Pour moi c’est clairement à montrer à tous nos mercenaires modernes, leur rappeler d’où vient leur statut. Ca permet aussi de voir que les plus puissants cherchent toujours à s’arranger avec l’équité sportive. #CoucouAulas

Lâche un com sur mon skyblog